Accueil > Sport > Pour une défense de l’équipe de France

Pour une défense de l’équipe de France

Le 18 Novembre dernier, la France a rencontré l’Irlande en match de barrage retour des éliminatoires de la Coupe du Monde 2010 de football (oui, je sais, c’est très long comme intitulé). A l’issue du match, elle s’est qualifiée grâce à un match nul 1-1, après sa victoire à Dublin. Ce match a été entaché d’une erreur d’arbitrage grossière de la part de l’arbitre suédois de la rencontre, qui valide un but consécutif à une main de Thierry Henry. Faut-il vouer les joueurs français aux gémonies pour autant ? Certainement pas.

La France est un pays où la critique est très présente. Nous avons la réputation d’être des râleurs, et celle-ci n’est peut-être pas usurpée. Je mettrais ça pour ma part sur le compte du perfectionnisme, et de la haute idée que la majorité des Français (à raison) ont de leur pays. Une fois encore, la critique vient de ce que la « France ne saurait se qualifier sur une injustice aussi flagrante ». Peu importe donc que des dizaines de nations aient bénéficié dans le passé des mêmes erreurs, la France ne s’abaissera pas à ce niveau. Oui, mais…

J’ai le sentiment que l’équipe de France de Raymond Domenech n’avait droit ce soir-là qu’à un seul résultat: la qualification avec panache. La défaite n’aurait surpris personne, et même en aurait contenté plus d’un, qui attendent désespérément l’éviction de M. Domenech. Ils ont leurs raisons, je ne m’étendrai pas là-dessus. Mais si l’Irlande avait bénéficié d’une erreur d’arbitrage équivalente, qu’aurait-on entendu ? Qu’un match ne se joue pas sur une action, et que l’équipe de France aurait dû se mettre à l’abri de ce genre d’erreur en allant chercher une victoire nette par plusieurs buts d’écart. Et que donc, c’était à nouveau la faute du sélectionneur. Ce que je fais est à peine hypothétique, ce genre de situation se retrouve régulièrement dans tous les championnats européens, et parfois dans des matchs internationaux. La réaction est toujours la même: l’arbitre est humain, il peut faire des erreurs, il suffit de rendre la victoire incontestable pour s’en affranchir.

Point de cela pour l’équipe de France. Au contraire, aucun pardon, aucune absolution n’est envisagée. D’aucuns ont « honte de leur pays », utilisant le terme de honte avec une certaine légèreté, et opérant au passage un glissement rapide entre l’équipe de France et leur pays tout entier. M. Attali (sommité du commentaire footballistique comme chacun sait) va jusqu’à proposer la radiation de Thierry Henry de l’équipe de France. M. Henry qui est l’un des plus grands attaquants que la France ait connu. Lui seul n’aurait pas droit à l’erreur, toute sa carrière serait oblitérée par ce mauvais geste d’un soir ? Ce qu’on peut constater surtout, c’est que le football est créateur d’émotions, et ça c’est une bonne nouvelle, car c’est l’une des vertus du sport aujourd’hui. C’est pourquoi je considérerai avec indulgence les réactions épidermiques que beaucoup ont pu avoir.

Mais si l’on essaye d’être objectif, je trouve que la France, sans avoir été brillante, mérite tout autant que l’Irlande sa qualification. On nous vante l’héroisme, le jeu exceptionnel des Irlandais. La stratégie irlandaise était claire: marquer un but, puis tenir le coup jusqu’au tirs aux buts. C’était une stratégie dangereuse, car chacun sait qu’une équipe qui ne fait que défendre se met en danger. Pourtant c’est vrai, la défense irlandaise a été irréprochable: 8 joueurs parfaitement en place, et hyper concentrés. La stratégie aurait même pu fonctionner grâce à quelques contre-attaques sans les interventions inspirées d’Hugo Lloris – je rappelle au passage que le gardien fait partie de l’équipe, ce n’est pas un élément extérieur. Un bon  gardien peut retourner le cours d’un match, et c’est ce qu’a fait Lloris le 18 au soir. Qu’il en soit éternellement  remercié – Toujours est-il que les Irlandais n’ont pas marqué ce deuxième but qui les aurait directement qualifiés.

Dernier point, révélateur pour moi de l’échec de la stratégie irlandaise. La première période des prolongations a été à sens unique, en faveur de la France. Un penalty pour moi non sifflé sur Anelka (cf la main droite de Given sur les ralentis, qui va volontairement attraper la jambe du Français lorsqu’il voit qu’il est dépassé), un but refusé pour un hors-jeu justifié, qui démontrent que l’équipe d’Irlande était cuite, crevée, et subissait les assauts répétés des Français. Leur stratégie risquée n’a pas porté ses fruits.

Comme tout le monde, je regrette que la France l’emporte ainsi. J’aurais préféré un but dans le jeu, indiscutable, ou que Lloris parachève son œuvre aux tirs aux buts. Mais je n’insulterai pas l’équipe nationale ni ne demanderai la démission de personne. Je mettrai ce match dans les cartons pour une prochaine plaidoirie en faveur de l’arbitrage vidéo, c’est tout.

Bonne chance à la France pour le prochain mondial. Il y a du boulot pour être au niveau des équipes qui nous attendent. Mais lorsque l’on soutient une équipe, c’est surtout pour l’aider à passer des caps difficiles, comme aujourd’hui. C’est maintenant qu’il faut soutenir les joueurs, leur dire que l’on croit en eux. Un supporter est là pour améliorer le moral des joueurs, pas les descendre. En 2006, personne ne nous voyait en finale, et pourtant…

PS: A tous ceux qui louent l’héroisme et le fair play des Irlandais, je les enjoins d’aller voir sur le blog d’Allain Jules le comportement de cette équipe face à la Géorgie. Je ne leur jette pas la pierre, c’est le sport qui veut ça. Simplement, les circonstances font de nous des héros ou des salauds. Aujourd’hui les Irlandais sont les héros, mais que seront les Français demain ?

Irlande-Géorgie sur le blog d’Allain Jules

Publicités
Catégories :Sport
  1. SANSVOIX
    20 novembre 2009 à 16:10

    Le Sport et les politiques.

    Dans les années 1970, alors que l’apartheid en Afrique du Sud était au faïte de sa « gloire », les campagnes de boycott sportif de l’Afrique du Sud n’avaient d’écho qu’en Afrique.

    Et encore là, un Président comme feu Léopold Sédar SENGHOR, toujours au secours de la « GRANDE CIVILIOSTION UNIVERSELLE » emboîtait la langue à ceux qui pontifiaient qu' » IL NE FALLAIT PAS MELANGER LA POLITIQUE ET LE SPORT ».

    En 1976, sauf le Sénégal, les pays d’Afrique boycottèrent les Jeux Olympiques de Montréal.

    Grand bonheur pour la France, c’est Guy DRUT qui est consacré champion olympique des 110 mètres des sauts d’obstacles.

    Tout le monde était content, il ne fallait pas donc mélanger la politique avec le sport.

    Et voilà qu’aujourd’hui, des SAVANTS, des philosophes, des écrivains, des politiques tombent à bras raccourcis sur Thierry HENRY, ils vous parlent de l’HONNEUR perdue de ka France, de l’ETHIQUE du sport piétiné.

    Et certains le font avec des gesticules et de locution avec emphase sur fond de « haines » mal dissimilée.

    Est-ce vraiment pour la première fois qu’on assiste à un acte contre-sportif d’un joueur est à des erreurs flagrantes d’arbitrage en matchs de football ?

    Allez un peu demander leurs avis à MARADONA avec sa « MAIN de DIEU », à ZIDANE avec son « COUP DE BOULE « , à SCHUMASHER avec son COUP DE POING envoyant BATTISTON dans le coma, en Espagne en 1982.

    Et surtout à l’arbitre belge considéré à l’époque comme le top des arbitres mondiaux, mais qui ne sanctionna, ni l’équipe d’Allemegne par un pénalty, ni SHUMACHER ne contre la faute commise, mais au contraire il continua son match.

    A l’époque les joueurs de l’équipe de France aperçurent même après ce match perdu, l’arbitre belge en pleine conversation rigolarde avec les joueurs de l’Equipe nationale d’Allemagne…

    MARADONA, ZIDANE, SCHUMACHER ?

    Ce n’étaient là que les à-côtés inhérents au sport de foot.

    L’arbitre belge ?

    C’est un humain et tous les humains peuvent faire des erreurs.
    Et pourtant l’arbitre belge suivait attentivement la chevauchée de BATTISTON fonçant vers le but que défendait SCHUMACHER avant que ce dernier ne l’agresse sauvagement…

    C’était du sport !

  2. Fantomas
    20 novembre 2009 à 22:43

    Je vois que la splendide cuillère de Given ne t’a pas échappée.

    Les erreurs d’arbitrages sont légion dans le foot, sur tous les matchs, tous les WE dans les plus grands championnats. Ton analyse est très pertinente concernant la réaction particulièrement hostile en France-même. C’est amusant car je n’imagine pas d’autre pays où il pourrait y avoir une réaction pareille. J’imagine mal par exemple la presse italienne et ses hommes politiques demander à Francesco Totti de s’excuser s’il marquait dans une pareille situation (même match, même enjeu), la réaction serait plutôt, « dommage, c’est comme ça ». La subtilité ici est que l’erreur d’arbitrage est évidente, mais elles peuvent tout autant l’être pour les erreurs concernant les penaltys, généreux ou non sifflés qui changent presque tout autant la physionomie des matchs. Un pénalty obtenu sur simulation n’est il pas tout autant une tricherie? Je note aussi ce que Sébastien Squillacci dit après le match qu’on a déjà subit souvent des erreurs d’arbitrage, cette fois c’est notre tour. La France, et les équipes françaises en général, m’ont toujours donné l’impression de rarement bénéficier des erreurs d’arbitrages, pour une fois, ce n’est pas la cas, on n’a pas l’habitude, ça fait bizarre :-). Là ça rejoint un peu ton analyse sur l’aspect irréprochable que l’on attend de l’équipe de France. On en attend une étonnante perfection et les sifflets auxquels ils ont droit au Stade de France depuis un moment sont sidérants, comme s’ils étaient des dilettantes, en sont pour moi une des manifestations.

    Pour en revenir à la question footballistique, il est probable que rien de sera fait car cela créerait un précédent dont la FIFA ne veut pas. « les décisions des arbitres sont irrévocables » après tout dit le règlement de la FIFA. Cela ouvrirait la fenêtre à une contestation de tous les matchs où il y a eu des erreurs d’arbitrage assez graves et ça deviendrait vite ingérable tant il y en a dans une année. D’ailleurs, tant qu’à faire, pourquoi ne pas revenir sur d’autres erreurs d’arbitrages aux répercutions importantes? La main de Dieu? Les coupes du mondes 1966 et 1974 que l’ancien président de la FIFA a déclarées être truquées (cf : http://www.goal.com/en/news/9/england/2008/06/26/753029/1966-1974-world-cups-were-fixed-former-fifa-president ) pour favoriser le pays organisateur. Je plaisante bien sûr, quoique, retirer une coupe du monde à l’Allemagne et l’Angleterre… La question ici est encore et toujours celle de l’arbitrage dans le foot. Ce sera l’objet d’une prochaine note de toute façon, non? 😉 Je pourrai développer ma théorie du football corrompu dans les commentaires 🙂

  3. Fantomas
    23 novembre 2009 à 07:38

    Pour apporter encore un peu d’eau au moulin :

    http://www.slate.fr/story/13339/France-bien-pensante-football-irlande-bleus

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :